La gestion différenciée des espaces verts dans les communes du GAL Pays des Condruses.
Samedi, 15 Janvier 2011 16:43
PDF Imprimer Envoyer
Environnement /Eau

Une gestion des espaces verts publics raisonnée et raisonnable au sein de six communes.

Dans le cadre d’un partenariat actif entre le GAL Pays des Condruses et le Pôle Wallon de Gestion Différenciée (« Pôle GD »), qui trouve sa pertinence dans  la réalisation des objectifs du GAL en matière de gestion durable de la ressource en eau, Frédéric Jomaux, chargé de mission au Pôle GD, et Béatrice Georges, chargée de mission au GAL, se sont associés avec le vif espoir de développer une gestion des espaces verts publics raisonnée et raisonnable, au sein de six communes du groupement.

 

Qui est le Pôle GD ? Qu’est-ce que la gestion différenciée des espaces verts ?

L’ asbl Pôle GD est reconnue et soutenue par le Ministre de l’environnement de la Région Wallonne depuis 2008. Ses missions sont d’informer et de sensibiliser les communes wallonnes à un mode de gestion des espaces verts plus durable, prenant mieux en considération les impératifs liés à l’environnement et la biodiversité.

La gestion différenciée des espaces verts tend à répondre à ces impératifs en adaptant l’entretien à chaque espace et en introduisant au sein des pratiques des considérations écologiques, telle que la réduction des pesticides ou le recours aux plantes locales.

C’est un mode de gestion qui consiste à ne pas appliquer la même nature ni la même intensité de soins à tous les espaces d’une commune. En fonction de son usage, de sa fréquentation, de son rôle, sa vocation... l’espace ne sera pas géré de la même manière. Le type d’entretien appliqué sera différent et adapté. Certains espaces à caractère horticole seront toujours entretenus comme tel, parce que leur fonction l’exige (ex : jardins historiques), tandis que d’autres espaces pourront être soulagés d’un entretien trop important et permettre de cette façon l’expression d’une nature plus sauvage et d’une plus riche biodiversité. Ils ne sont pas abandonnés, ils sont mis en valeur d’une autre manière. On applique donc une graduation de l’entretien sur les différents espaces d’un territoire.

Cette gestion vise donc à rétablir un équilibre harmonieux et acceptable entre gestion traditionnelle de type horticole et gestion extensive de type naturel, avec une déclinaison d’intermédiaires entre ces deux extrêmes.

La gestion différenciée est bien souvent appliquée à l’intérieur d’un seul et même espace ! Si l’on choisit de soigner l’entrée et la partie centrale d’un parc public, on peut très bien décider d’en gérer les limites ou les zones les moins fréquentées de manière plus naturelle... Il n’est pas impossible de concilier gestion traditionnelle et gestion naturelle sur un seul et même lieu! Et d’ainsi favoriser le contact des habitants avec des milieux plus naturels.

Cette gestion s’inscrit également de manière globale dans les politiques de développement durable susceptibles d’être mises en place une collectivité locale. Elle vise à mieux prendre en compte le respect de l’environnement, des ressources naturelles (prévention des pollutions, recyclage des déchets...) et de la biodiversité (flore et faune indigènes et spontanées) dans la gestion des espaces verts. Elle prend en compte les impératifs économiques d’une commune en optimisant la charge de travail du personnel sur l’ensemble des espaces à gérer, et en limitant le gaspillage. Au niveau social, elle favorise une diversité d’ambiances et de paysages sur un territoire et garantit un cadre de vie de qualité, une réponse à la diversité des usages sociaux, et fait d’un territoire un lieu agréable à vivre, attractif.

C’est pour toutes ces raisons que le Pôle GD travaille chaque jour à promouvoir la gestion différenciée et à communiquer massivement auprès des gestionnaires d’espaces publics. Outre ses missions d’information et de sensibilisation, le Pôle GD propose un accompagnement des communes qui souhaitent s’orienter vers une gestion différenciée de leurs espaces verts. Incitant et soutenant les démarches des communes, le Pôle GD donne des conseils sur la méthodologie à mettre en oeuvre, les éléments importants à ne pas négliger, comme la formation du personnel de terrain ou la communication envers le public, suggère des changements de pratiques adaptés au contexte des communes, propose un suivi des actions et une valorisation des expériences et des efforts consentis par les communes.

Vers une gestion différenciée des espaces verts dans les communes du GAL Pays des Condruses

C’est ainsi que six communes du GAL Pays des Condruses (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave Nandrin et Tinlot), ont entamé le programme d’accompagnement du Pôle GD, grâce à une collaboration directe avec le GAL. Par son rôle de coordinateur, le GAL apporte une dynamisation et une animation du projet essentielles à sa bonne réalisation. En outre, au niveau de la gestion des espaces verts, les six communes concernées ne partent pas de zéro ! Elles appliquent d’ores et déjà certaines pratiques de gestion tendant vers un meilleur respect de l’environnement, et ne sont donc pas de totales novices en la matière ! Une visite individuelle réalisée dans chaque commune, assortie d’un mini-diagnostic des pratiques, révèle un certains nombres d’actions et de volontés allant dans le bon sens.

Parmi les actions relevées dans ces communes, on peut citer : un désherbage manuel au niveau des zones à risque élevé de transfert des pesticides vers les eaux superficielles, une récupération des déchets de taille pour le paillage des massifs et des arbres, des tests de prairies fleuries, une application du fauchage tardif des bords de route, une préférence envers les plantes indigènes pour la plantation de haies, un recours progressif aux vivaces...

La commune de Nandrin utilise même un désherbeur thermique à flamme, qu’elle réserve cependant pour les petites surfaces car la technique reste difficilement généralisable. Une différenciation des hauteurs de tonte en fonction de la fréquentation du lieu est appliquée, et relativement bien acceptée depuis qu’une information auprès des habitants a été faite.

Des efforts restent à réaliser dans différents domaines, et c’est là que l’accompagnement des communes réalisé conjointement par le Pôle GD et le GAL Pays des Condruses intervient. Le désherbage chimique est encore parfois appliqué dans des lieux où cela n’est pas nécessaire, voire proscrit (filets d’eau par exemple). Se former aux bonnes pratiques phytosanitaires pourrait constituer la première étape vers une réduction notable des produits chimiques.

La différenciation des hauteurs de tonte, qui permet une meilleure répartition de la charge de travail liée à cette tâche particulière, nécessite une plus grande communication auprès de la population pour être tolérée. Elle doit se faire en accord avec l’usage des lieux et respecter un effet visuel acceptable.

Côté fleurissement, même si des premiers pas significatifs ont été faits, la réflexion sur le choix des plantes et le type de fleurissement est à approfondir : mieux cibler les lieux où maintenir la plante annuelle permettrait de réduire la charge budgétaire et de travail, en privilégiant un fleurissement plus pérenne et plus résistant par le choix de vivaces et d’indigènes. A ce titre, la prairie fleurie peut constituer une alternative intéressante, notamment en lieu et place de gazons, pourvu que le sol ait été correctement préparé.

La communication constitue, comme souvent dans la majorité des communes accompagnées par le Pôle GD, une carence, alors qu’elle se trouve, dans bien des cas, être la clé pour la concrétisation du projet de gestion différenciée. Manque de moyens, de temps, de personnel, pour travailler sur une communication efficace sont les raisons régulièrement invoquées. Le Pôle GD met donc un point d’honneur à soutenir les communes dans ce travail de sensibilisation !

Outre les actions déjà en place, de nombreuses réflexions émergent, témoignant d’une volonté d’amélioration des pratiques, en particulier en ce qui concerne la réduction des pesticides pour le désherbage, l’utilisation de plantes indigènes et vivaces pour réduire la charge d’entretien, l’entretien extensif de certains espaces, l’installation pérenne de prairies fleuries à la place de pelouses lourdes à entretenir, la mise en place d’une plate-forme de compostage, la formation du personnel…

D’ici quelques mois, un nouveau bilan des efforts et projets entrepris par les communes du GAL Pays des Condruses pourra sans aucun doute être fait et révèlera, nous l’espérons, des progrès notables !

Une réflexion sur la détermination de critères de classification communs aux six communes, et portés par le GAL, pourrait par exemple aboutir, et renforcer la dimension collective et solidaire du projet de gestion différenciée sur ce territoire.

Qui est le Pôle GD ? Et qu’est-ce que la gestion différenciée des espaces verts ?

L’ asbl Pôle GD est reconnue et soutenue par le Ministre de l’environnement de la Région Wallonne depuis 2008. Ses missions sont d’informer et de sensibiliser les communes wallonnes à un mode de gestion des espaces verts plus durable, prenant mieux en considération les impératifs liés à l’environnement et la biodiversité.

La gestion différenciée des espaces verts tend à répondre à ces impératifs en adaptant l’entretien à chaque espace et en introduisant au sein des pratiques des considérations écologiques, telle que la réduction des pesticides ou le recours aux plantes locales.

C’est un mode de gestion qui consiste à ne pas appliquer la même nature ni la même intensité de soins à tous les espaces d’une commune. En fonction de son usage, de sa fréquentation, de son rôle, sa vocation... l’espace ne sera pas géré de la même manière. Le type d’entretien appliqué sera différent et adapté. Certains espaces à caractère horticole seront toujours entretenus comme tel, parce que leur fonction l’exige (ex : jardins historiques), tandis que d’autres espaces pourront être soulagés d’un entretien trop important et permettre de cette façon l’expression d’une nature plus sauvage et d’une plus riche biodiversité. Ils ne sont pas abandonnés, ils sont mis en valeur d’une autre manière. On applique donc une graduation de l’entretien sur les différents espaces d’un territoire.

Cette gestion vise donc à rétablir un équilibre harmonieux et acceptable entre gestion traditionnelle de type horticole et gestion extensive de type naturel, avec une déclinaison d’intermédiaires entre ces deux extrêmes.

La gestion différenciée est bien souvent appliquée à l’intérieur d’un seul et même espace ! Si l’on choisit de soigner l’entrée et la partie centrale d’un parc public, on peut très bien décider d’en gérer les limites ou les zones les moins fréquentées de manière plus naturelle... Il n’est pas impossible de concilier gestion traditionnelle et gestion naturelle sur un seul et même lieu! Et d’ainsi favoriser le contact des habitants avec des milieux plus naturels.

Cette gestion s’inscrit également de manière globale dans les politiques de développement durable susceptibles d’être mises en place une collectivité locale. Elle vise à mieux prendre en compte le respect de l’environnement, des ressources naturelles (prévention des pollutions, recyclage des déchets...) et de la biodiversité (flore et faune indigènes et spontanées) dans la gestion des espaces verts. Elle prend en compte les impératifs économiques d’une commune en optimisant la charge de travail du personnel sur l’ensemble des espaces à gérer, et en limitant le gaspillage. Au niveau social, elle favorise une diversité d’ambiances et de paysages sur un territoire et garantit un cadre de vie de qualité, une réponse à la diversité des usages sociaux, et fait d’un territoire un lieu agréable à vivre, attractif.

C’est pour toutes ces raisons que le Pôle GD travaille chaque jour à promouvoir la gestion différenciée et à communiquer massivement auprès des gestionnaires d’espaces publics. Outre ses missions d’information et de sensibilisation, le Pôle GD propose un accompagnement des communes qui souhaitent s’orienter vers une gestion différenciée de leurs espaces verts. Incitant et soutenant les démarches des communes, le Pôle GD donne des conseils sur la méthodologie à mettre en oeuvre, les éléments importants à ne pas négliger, comme la formation du personnel de terrain ou la communication envers le public, suggère des changements de pratiques adaptés au contexte des communes, propose un suivi des actions et une valorisation des expériences et des efforts consentis par les communes.

Vers une gestion différenciée des espaces verts dans les communes du GAL Pays des Condruses

C’est ainsi que six communes du GAL Pays des Condruses (Anthisnes, Clavier, Marchin, Modave Nandrin et Tinlot), ont entamé le programme d’accompagnement du Pôle GD, grâce à une collaboration directe avec le GAL. Par son rôle de coordinateur, le GAL apporte une dynamisation et une animation du projet essentielles à sa bonne réalisation. En outre, au niveau de la gestion des espaces verts, les six communes concernées ne partent pas de zéro ! Elles appliquent d’ores et déjà certaines pratiques de gestion tendant vers un meilleur respect de l’environnement, et ne sont donc pas de totales novices en la matière ! Une visite individuelle réalisée dans chaque commune, assortie d’un mini-diagnostic des pratiques, révèle un certains nombres d’actions et de volontés allant dans le bon sens.

Parmi les actions relevées dans ces communes, on peut citer : un désherbage manuel au niveau des zones à risque élevé de transfert des pesticides vers les eaux superficielles, une récupération des déchets de taille pour le paillage des massifs et des arbres, des tests de prairies fleuries, une application du fauchage tardif des bords de route, une préférence envers les plantes indigènes pour la plantation de haies, un recours progressif aux vivaces, …

La commune de Nandrin utilise même un désherbeur thermique à flamme, qu’elle réserve cependant pour les petites surfaces car la technique reste difficilement généralisable. Une différenciation des hauteurs de tonte en fonction de la fréquentation du lieu est appliquée, et relativement bien acceptée depuis qu’une information auprès des habitants a été faite

Des efforts restent à réaliser dans différents domaines, et c’est là que l’accompagnement des communes réalisé conjointement par le Pôle GD et le GAL Pays des Condruses intervient. Le désherbage chimique est encore parfois appliqué dans des lieux où cela n’est pas nécessaire, voire proscrit (filets d’eau par exemple). Se former aux bonnes pratiques phytosanitaires pourrait constituer la première étape vers une réduction notable des produits chimiques.

La différenciation des hauteurs de tonte, qui permet une meilleure répartition de la charge de travail liée à cette tâche particulière, nécessite une plus grande communication auprès de la population pour être tolérée. Elle doit se faire en accord avec l’usage des lieux et respecter un effet visuel acceptable.

Côté fleurissement, même si des premiers pas significatifs ont été faits, la réflexion sur le choix des plantes et le type de fleurissement est à approfondir : mieux cibler les lieux où maintenir la plante annuelle permettrait de réduire la charge budgétaire et de travail, en privilégiant un fleurissement plus pérenne et plus résistant par le choix de vivaces et d’indigènes. A ce titre, la prairie fleurie peut constituer une alternative intéressante, notamment en lieu et place de gazons, pourvu que le sol ait été correctement préparé.

La communication constitue, comme souvent dans la majorité des communes accompagnées par le Pôle GD, une carence, alors qu’elle se trouve, dans bien des cas, être la clé pour la concrétisation du projet de gestion différenciée. Manque de moyens, de temps, de personnel, pour travailler sur une communication efficace sont les raisons régulièrement invoquées. Le Pôle GD met donc un point d’honneur à soutenir les communes dans ce travail de sensibilisation !

Outre les actions déjà en place, de nombreuses réflexions émergent, témoignant d’une volonté d’amélioration des pratiques, en particulier en ce qui concerne la réduction des pesticides pour le désherbage, l’utilisation de plantes indigènes et vivaces pour réduire la charge d’entretien, l’entretien extensif de certains espaces, l’installation pérenne de prairies fleuries à la place de pelouses lourdes à entretenir, la mise en place d’une plate-forme de compostage, la formation du personnel …

D’ici quelques mois, un nouveau bilan des efforts et projets entrepris par les communes du GAL Pays des Condruses pourra sans aucun doute être fait et révèlera, nous l’espérons, des progrès notables !

Une réflexion sur la détermination de critères de classification communs aux six communes, et portés par le GAL, pourrait par exemple aboutir, et renforcer la dimension collective et solidaire du projet de gestion différenciée sur ce territoire.